Thèmes d’inspiration

Home / Autres cinéastes / Charles Dekeukeleire / Filmographie / Thèmes d’inspiration

Avec ce court métrage Dekeukeleire fait figure de pionnier du film sur l’art; il confronte les personnages vivants et les sites de la peinture flamande et wallonne avec la réalité qui a inspiré les oeuvres.

1958. 35 mm., noir et blanc, 9′.

 

Avec ce court métrage de neuf minutes mais riche de substance, le réalisateur accède au genre du film sur I’art.

En réalité, il va plus loin, car il a eu l’idée d’organiser un va-et-vient régulier entre le message artistique et la réalité inspiratrice. Son intention, il nous l’avoue dans un commentaire introductif : <Le type et le paysage de la Flandre, du Brabant et de la Wallonie ont toujours inspiré nos artistes. Rien n’est plus émouvant que de relever dans les oeuvres nées sur le sol belge, de la Mer du Nord jusqu’à l’Ardenne, la présence constante des sites et des habitants du pays.

La correspondance joue d’ailleurs dans les deux sens : si la confrontation de représentations figées dans les pein- tures et sculptures de grands maîtres lointains ou proches avec des paysages et des types humains d’aujourd’hui tend à montrer combien les seconds étaient déjà présents dans les premières, corrélativement, la préséance que le montage assure fréquemment aux personnages représen- tés par rapport à leurs équivalents de chair traduit la fascination qu’a ressentie I’auteur à surprendre à notre épo- que les répliques vivantes de lieux et de visages fixés à tra- vers les siècles. Tout ceci constitue le témoignage de I’accord existant entre le pays et ses interprètes de génie, accord lui-même révélateur d’une réalité plus élémentaire et que figure la permanence d’une race.
On comprendra dans ces conditions que I’auteur ait eu recours à un certain didactisme visuel qui, en définitive, réalise subtilement son propos.
En choisissant, en effet, de mettre rigoureusement en parallèle des personnages transposés par l’art et leurs analogues vivants, Dekeukeleire entretient paradoxale- ment chez le spectateur une confusion qu’il a de toute évidence souhaitée : nous en arrivons ainsi à nous interroger parfois sur la part respective de réalité et de trans- mutation artistique contenue dans les termes de la com- paraison entre lesquels s’opère sous nos yeux une manière d’osmose.
Si le film ne suit pas, on s’en doute, le déroulement d’une anecdote, il n’en illustre pas moins, et suivant le mode que I’on vient d’indiquer, une série de <thèmes> étroitement liés au génie national : la mer avec les foules bariolées de ses plages (Ensor) et le rude labeur des pêcheurs du large (Permeke), la pureté et la farouche obstination du paysan aux prises avec une terre parfois ingrate et un entourage souvent grotesque (De Saedeleer), la paix et la ferveur repliées des humbles gens et croyances (Smits et Desmet), comme les exploits terrifiants et le rictus hideux de personnages hallucinants (Bruegel), le charme roman- tique de forêts fastueuses (Rubens) et les caprices de cours d’eau entre les rochers (Patinir), l’exaltation de toutes les formes de travail, du geste du semeur à l’effort du débardeur (Constantin Meunier), I’extériorisation, dans les processions, de la foi populaire qui n’empêche pas, par ailleurs, I’explosion, dans des danses et des libations, de la joie et de la truculence collectives.
En faisant appel, pour développer ces thèmes, au con- cours de nombreux plasticiens, Dekeukeleire s’est imposé dans I’histoire du cinéma comme un pionnier du film sur l’art (l). Mais l’insertion et la diffusion constante du réel parmi la trame inanimée et la symbiose qui en résulte montrent combien l’auteur a, dans le même temps, dépassé ce genre, à moins que finalement il ne lui ait donné sa pleine signification, s’il est vrai qu’un art n’est tout à fait lui-même que lié au génie d’une race, séculaire et pourtant toujours Présent.
(l) Dès 1932, en tant que correspondant belge de (France-Actualités), Dekeukeleire avait réalisé un reportage sur les peintures de Laethem-St- Martin qui comprenait en germe “Thèmes d’inspiration”, ce film que, pendant la guerre, les Allemands lui proposeront de racheter – mais àmputés préiisément des peintres de Laethem jugés décadents… Le réaiisateur tiendra ses interlocuteurs habilement en haleine jusqu’à la fin des hostilités sans faire la concession sollicitée.

Jacques Polet “Charles Dekeukeleire: parcours analytique d’une oeuvre”